Diane Dufresne

Diane Dufresne incarne aujourd’hui une figure incontournable de la culture québécoise et francophone. Que ce soit à travers la chanson, la scène, l’écriture ou la peinture, sa démarche artistique est unique. C’est à la fin des années 60, après quelques années passées en France pour apprendre son métier, qu’elle revient chanter au Québec. On l’entend alors interpréter des chansons-thèmes de films et on la découvre dans la revue musicale Les Girls de Clémence Desrochers. Dès 1972, elle opère une métamorphose qui en fera une des figures de proue de la chanson québécoise des années 70. Sa carrière internationale démarre véritablement à ce moment avec la complicité de François Cousineau et de Luc Plamondon. Le trio donne vie à une cinquantaine de chansons dont J’ai rencontré l’homme de ma vie, En écoutant Elton John, Rock pour un gars d’bicycle et Chanson pour Elvis. À cette époque, elle foule la scène de l’Olympia de Paris à deux reprises.

Vers 1978, Diane Dufresne accentue sa présence scénique par la création de spectacles d’envergure et participe aux premières versions de Starmania. Parallèlement, elle accumule les succès individuels grâce aux chansons J’ai douze ans, Alys en cinémascope, Hymne à la beauté du monde, Oxygène et Samedi soir. Au cours de la décennie suivante, elle poursuit sa démarche spectaculaire avec les méga spectacles Hollywood/Halloween, Magie rose au stade Olympique de Montréal devant 60,000 personnes et Symphonique & Roll. Au début des années 90, avec l’album Détournement majeur, elle devient auteure de ses propres chansons.

En janvier 2001, une collaboration avec l’Orchestre symphonique de Québec intitulée Couleurs symphoniques lui permet de marier ses deux formes d’expression privilégiées : la scène et la peinture. En 2002, elle connaît un immense succès avec sa tournée En liberté conditionnelle, puis en 2004, elle interprète les chansons de Kurt Weill, accompagnée par l’Orchestre Métropolitain du Grand Montréal sous la direction de Yannick Nézet-Séguin. Ce concert fera l’objet d’un disque qui remporte au Gala de l’ADISQ 2005 le Félix de l’Album de l’année, catégorie classique, orchestre et grand ensemble. Puis en 2006, Diane Dufresne convie ses fans à un autre rendez-vous fascinant, le spectacle Plurielle, en quatre tableaux où elle visite les répertoires de Luc Plamondon, Kurt Weill, Michel Tremblay, Serge Gainsbourg, Daniel Bélanger et le sien.

À l’automne 2007, elle lance son 25e album, Effusions, fruit de sa rencontre avec le pianiste Alain Lefèvre et de la complicité d’artistes et d’auteurs reconnus tels Michel Rivard, Daniel Bélanger et Catherine Lara. Cet album reflète un monde de passions et surtout l’énergie vitale de l’artiste qui passe autant par le micro que par le pinceau. Depuis 2011 elle présente le spectacle « Diane Dufresne et les Violons du Roy «  partout au Québec et plus particulièrement à Montréal dans la toute nouvelle salle symphonique pour 3 soirées mémorables. En 2014 elle sort le disque « live » du même spectacle incluant ente autres des nouvelles chansons d’Alain Bashung, Michel Jonasz et de Zazie.

Récipiendaire de plusieurs distinctions prestigieuses, Diane Dufresne est membre de l’Ordre de la Pléïade des pays francophones, Chevalier des Arts et des Lettres de la République française, Chevalier de l’Ordre national du Québec,  lauréate du Prix du Gouverneur général du Canada pour les arts de la scène et a reçu en 2009 l’Ordre de la Légion d’Honneur française  remise en main propre par Mme Juliette Gréco. En 2016 elle reçoit la médaille de l’Ordre du Canada.

Apparaît dans :